Le secteur de la santé est tout particulièrement touché par l’actuelle pandémie. Il est devenu difficile, voire impossible pour plusieurs de maintenir leur cause à l’avant-scène alors que la COVID-19 s’est imposée dans l’agenda de tous les citoyens et, éventuellement, de tous les donateurs.

Alors qu’hier plusieurs criaient haut et fort que leur organisme méritait toute l’attention et qu’il s’agissait de la cause en santé à soutenir, aujourd’hui le silence radio ou le ralentissement des activités pourrait nuire significativement à votre organisme.

Voici donc quelques conseils pour minimiser les dégâts découlant de la crise.

Soyez-là pour les employés de vos institutions desservies
Si vous êtes une fondation d’un CISSS ou d’un CIUSSS, par exemple, essayez de maintenir votre présence sur le terrain et démontrez votre soutien aux héros qui doivent continuer à travailler. Optez ainsi pour des portraits d’employés à mettre en lumière, de la reconnaissance virtuelle de leurs accomplissements ou diffusez des encouragements. Vous pourriez même lancer une campagne de financement où vous invitez les donateurs à faire un don en l’honneur d’un employé qui continue de faire la différence dans le système de la santé.

N’abandonnez pas vos causes
La COVID-19 n’a pas le monopole. Les autres maladies et conditions médicales ne prennent pas de pause et vos donateurs doivent y être sensibilisés. Alors ne quittez pas le navire en attendant que la tempête se calme. Gardez le cap, ajustez vos programmes de collecte de fonds, vos campagnes annuelles et majeures selon le contexte, mais n’arrêtez pas !

Vous devez, hors de tout doute, garantir à vos donateurs que malgré le contexte, vous êtes toujours là et pertinent, et que vous avez toujours besoin de financement. Par contre, la critique pourrait être rapide et vous devez éviter toute apparence d’opportunisme ou d’insensibilité face à la situation financière de vos donateurs qui pourrait être précaire.

Ne pas ajuster ses messages au contexte actuel serait une grande erreur et vos donateurs pourraient ne pas vous le pardonner. Ainsi, dans vos communications d’information et de sollicitation, assurez-vous de démontrer votre compréhension et votre résilience face à la situation actuelle et que vous avez toujours besoin d’appui, lorsque c’est possible de le faire. Vous devez démontrer que vous êtes conscient que tous ne pourront pas mettre l’épaule à la roue pour soutenir votre cause et que c’est parfaitement compréhensible et admissible.

Assumez votre budget
Rien de moins, direz-vous. Mais un budget qui repose sur du financement annulé, reporté ou réduit ne sert plus à grand-chose. Gérez temporairement par les dépenses en faisant des choix éclairés et repensez votre sollicitation et votre génération de revenus en continu. Vous devez rapidement assumer, tant à la direction générale, au conseil d’administration, qu’auprès de l’établissement que vous soutenez, que vous pourriez faire face à une perte financière dans votre année fiscale (insuffisance des produits par rapport aux charges) et que cela aura des incidences sur votre capacité à financer des projets.

Amorcez une réflexion sur votre dépendance aux événements
Votre défi sportif du printemps et votre cocktail-bénéfice annuel viennent de tomber à l’eau et l’impact est considérable ? Il est peut-être (malheureusement) temps de réfléchir à votre vulnérabilité quant à la dépendance que vous avez avec les événements. Bien qu’ils soient intéressants pour le rayonnement de votre fondation/établissement et certaines catégories de donateurs, nous savons tous à quel point les événements sont onéreux, énergivores et de plus en plus en compétition les uns avec les autres, tout particulièrement dans le domaine de la santé. Prenez ce temps de réflexion pour considérer davantage le resserrement des liens avec vos donateurs, une stratégie sur le long terme qui vous permet de bâtir de réelles relations philanthropiques avec ceux qui vous soutiennent.

Prenez soin de vos gens
Ne devenez pas des cordonniers mal chaussés et assurez-vous, en tant qu’organisme dédié à la santé et au mieux-être des gens, d’être justement au-devant des besoins des vos employés et des membres de votre conseil d’administration. Faites plus de rencontres, plus de discussions et gardez tous les canaux de communications ouverts pour maintenir une cohésion malgré la distance.

Prenez votre temps
Vous observez peut-être passivement la perte de revenus de stationnement, d’annulation d’événement, de report de campagne et vous vous sentez au pied du mur. Rassurez-vous, nous le serions tous. Prenez le temps d’analyser chaque « poste » d’entrée de fonds et faites un remue-méninge sur chacun d’eux pour voir comment vous pourriez l’adapter (meilleur choix), le reporter (s’il le faut, mais attention tout le monde aura le réflexe de « pelleter » devant et l’automne sera surchargé) ou l’annuler (parfois, il n’y a pas d’autres options malheureusement).

Quand il faut, il faut
Vous avez exploré tous les scénarios pour diversifier vos rentrées d’argent (tirage – peut-être pas un tirage-voyage en ce moment, campagne interne, activités de financement virtuelles, etc.), mais il n’y a rien à faire, vous devez réduire vos charges ? Vous n’êtes pas seul et, les organismes doivent parfois pendre des décisions difficiles s’ils souhaitent encore desservir une clientèle vulnérable après la crise. Ainsi, nous vous recommandons d’explorer tous les programmes provinciaux et fédéraux avant toute chose.


Décisions difficiles à prendre pendant la pandémie ?
BNP Ressources Humaines est là pour vous !
Contactez-nous au 1 888 528-8566 #22 ou sur info@bnpperformance.com



Quelques bons coups pour vous inspirer